EXTRAITS des livres : Conversations avec Dieu de Neale Donald Walsch (3 tomes)

Fais de ta vie un cadeau. Rappelle-toi toujours, c’est toi le cadeau.
Sois un cadeau pour tous ceux qui entrent dans ta vie, et pour tous ceux dans la vie desquels tu entres. Prends garde de ne pas entrer dans la vie d’un autre si tu ne peux être  un cadeau. Lorsque quelqu’un entre dans ta vie de façon inattendue, cherche le cadeau que cette personne est venue recevoir de toi. Chaque personne qui est venue vers toi l’a fait pour recevoir un cadeau de toi. En même temps, elle t en fait un: le cadeau d’éprouver et d’accomplir QUI TU ES. Lorsque tu verras cette simple vérité, lorsque tu la comprendras, tu verras la plus grande vérité entre toutes : je ne t’ai envoyé que des anges…

Ce que tu penses c’est ce que tu obtiens.
Ce dont tu as peur c’est ce que tu attires à toi.
Ce à quoi tu résistes, persiste.
Ce que tu regardes disparaît et te donne une chance de le recréer à partir de zéro si tu le veux, ou de le bannir à jamais de ton expérience.
Ce que tu choisis, tu en fais l’expérience.
Tes ressentis et tes sentiments sont le langage de l’âme et ton âme est ta vérité.
Aime les choses que tu désires car ton amour pour elles les attire vers toi.
La connaissance se perd, la sagesse ne s’oublie jamais.

Tant que tu t’inquiéteras de ce que les autres pensent de toi, tu seras en leur pouvoir. Ce n’est que lorsque tu n’auras plus besoin de l’approbation de personne que tu pourras assumer ton propre pouvoir.

Tout ce que tu choisis pour toi-même, offre-le à un autre. Si tu choisis d’être heureux fais en sorte qu’un autre soit heureux ; si tu choisis d’être prospère fais en sorte qu’un autre le soit. Fais-le sincèrement ; pas pour chercher le gain personnel mais parce que tu veux vraiment que l’autre personne ait cela, et toutes les choses que tu donneras te reviendront. L’acte même de donner quelque chose t’amène à faire l’expérience de l’avoir afin de le donner. Ton esprit pense : tu dois avoir cela sinon tu ne pourrais pas le donner. Cette nouvelle pensée devient alors ton expérience, et tu commences à être… Tout ce que tu es, tu le crées.

La maîtrise de la pensée est la forme la plus élevée de la prière. Par conséquent, ne pense qu’à de bonnes choses, qu’à des choses justes. Ne t’arrête pas à la négativité et à l’obscurité. Et même dans les moments ou les événements se présentent plutôt mal, surtout dans ces moments-là, ne vois que la perfection, n’exprime que la gratitude et n’imagine que la manifestation de la perfection que tu choisis ensuite. Dans cette voie se trouve la tranquillité. Dans ce processus réside la paix. Dans cette conscience existe la Joie.

Ne pas croire qu’on peut avoir quelque chose annule le fait de le vouloir. Ta vie est un reflet de ce que tu désires et de ce que tu crois pouvoir obtenir de ce que tu désires. Je ne peux te donner ce que tu ne crois pas pouvoir recevoir, peu importe à quel point tu le désires ; car je ne dérogerai pas de l’idée que tu t’en fais. Je ne peux pas ; c’est la loi cosmique. Croire qu’on ne peut avoir quelque chose c’est comme ne pas le désirer, car cela produit le même résultat.

Tant que je chercherai à obtenir une chose je ne pourrai l’avoir puisque le seul fait de la chercher c’est affirmer que je ne l’ai pas.

La mort n’est jamais une fin ; c’est toujours un commencement. Une mort est une porte qui s’ouvre et non une porte qui se referme. Lorsque tu comprendras que la vie est éternelle, tu comprendras que la mort est une illusion qui te garde fort inquiet et qui par conséquent t’aide à croire que tu es ton corps. Mais tu n’es pas ton corps ; ainsi la destruction de ton corps n’a aucun intérêt pour toi.

La mort devrait t’enseigner que ce qui est réel c’est la vie et la vie t’enseigne que ce qui est inévitable n’est pas la vie, mais l’impermanence, rien n’est permanent, tout se transforme à chaque instant, à chaque moment. Tu sauras que la mort n’existe pas et que ce que tu appelles vie et mort font partie de la même expérience sans fin. Nous sommes tout ce qui est, tout ce qui a jamais été, et tout ce qui sera jamais.

On ne peut pas changer ce qu’on n’accepte pas : ça commence par l’acceptation, sans jugement de ce qui est. Cela s’appelle entrer dans l’état d’être. Ce à quoi tu persistes résiste ce que tu regardes disparaît. Tu le vois tel qu’il est et ce qui est peut toujours être transformé. Seul ce qui n’est pas ne peut être changé. Par conséquent, pour changer d’état d’être, entre dedans et n’y résiste pas, ne le nie pas. Si tu nies une chose tu la déclares ; si tu déclares une chose tu la crées. L’acceptation d’une chose t’en donne la maîtrise. Ce que tu nies, tu ne peux le contrôler puisque tu as déclaré son absence. Par conséquent ce que tu nies te domine.

Ta vie n’a jamais été destinée à être une lutte, ni maintenant ni jamais. Je t’ai offert les outils avec lesquels tu créeras ta réalité la plus grandiose. Les trois outils ; la pensée, la parole et l’action. Il te sera fait selon ce que tu crois.

Quand tu auras l’impression d’être en train de donner, tu sauras qu’en réalité tu es en train de recevoir. Tu te donneras littéralement à toi-même. Tu ne peux vraiment rien donner à un autre pour la simple raison qu’il n’y a pas d’autre. Si nous ne faisons tous qu’un, alors il n’y a que toi.

Tu vis dans une illusion. C’est un grand spectacle de magie. Et tu fais semblant de ne pas connaître les trucs même si tu es le magicien. Il est important pour toi de te le rappeler, sinon tu prendras tout pour trop réel.

Vous n’avez rien à apprendre, vous n’avez qu’à vous rappeler.